Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2018

Apollinaire, sans prix

Ils auraient traversé les prés
et j’en sais pourtant si peu.
Le paysage parle
des oréades en présence d’autres ombres,
leurs foulées en tout sens
[dans la trace de l’écrasée de cochenilles
sur les plateaux de manganèse
s’élevait déjà un parfum de terre et de bronze]
seuls ils avaient de quoi rire, pleurer,
jusque dans les abois désirés
puis encore consentis où la légende s’inspirait
au poison pur.
Invisible changée de nature,
pauvres colchiques, hauts poisons à fleur
mineure
[j’aime à me rappeler la boitante et lointaine Asie]
traquée, rabattue
aux flancs encore un peu vivants des montagnes.
Ici un dernier beau frisson aux prés humides
fut
les pures amours vénéneuses d’Apollinaire.
Je n’ai pas dit que les prés aux colchiques
avaient existé pour moi, c’était plutôt constamment
une eau verte [ainsi, je me rassurais]
fendue d’éclats [tel est mon œil]
de foudre violette
à la tête réduite
étranglée à l’image d’une torture
suivie de mille
mêmes petites têtes éplorées,
chacune pincée sur un écorchement de toute beauté.
Hélas, cette blancheur nacrée quoi d’autre
qu’un tendon lisse
cet effroi
j’en accuse mon œil, ma pauvreté.
Reste encore aujourd’hui de la foulée éteinte
une longue fibre nacrée bandant un appel
lancinant et fabuleux
répété en une danse à nu primitive
[prises de passion émeraude
ou muettes en vert songe
complicité de l’herbe grasse, des rosées
selon la déclinaison hallucinée du thème]
comme un reproche extrême
qui nous parvient enfin
quand la tête incline à la terre.
Au pré il reste maintenant le choix du cilice
l’aise les pieds nus cette flamme puis
la distribution des petits cormes dans la terre
refroidie brûlée à toute volée
[la sage sur sa pelisse imaginaire regarde
se soulever le monde en lambeaux]
à moi les odeurs et les sons dans l’enclave
fleurie de poèmes à un exemplaire
comme le kyphi d’hiver
aimé, l’âme trouvée à la mienne
pauvre renouvelée
dont on brûlera les os sans savoir.

Reste Apollinaire, sans prix.

03/10/2016

L'automne

Dans un jardin cruel

À l’automne l’eau tonne, l’haut ô, oh tonne l’eau

Son chant absurde en même temps que le compte
le compte insatisfait des douceurs
des fruits en couleur pour sa chambre d’hiver
une chambre de convoitise et d’hiver en avarice
austère et bien fermée aux nez curieux
bien fermée même au nez furieux
d’une belle touffe d’asters bleus.

(Dans le froid, les vendangeuses, c’en est fini des anges bleus.)

 

 

 

 

 

 

En forêt

L’on croit aimer les couleurs automnales
quand c’est le toit de la forêt,
ce temple,

l’été
d’un vert
qui était trop vaste.

De sa défaite alors, les fruits aimés.

 

 

 

 

 

 

 

Encore en forêt

Les forêts, en automne non plus ne sont pas sûres,
l’on y chasse et à la rosée,
dessus l’épaulement des roches je crois que
de fortes mains y tirent très lentement
les bords des mousses liserées d’or séché
et d’émeraudes pâlies sous la soif de l’été.

[silence]

Une silhouette torse échappée d’entre les arbres
fuit, dont on n’entend que le pas amoureux
à faire croustiller les feuilles mortes.

[déclaration]

Un galop d’ombre au loin,
et puis plus rien.

Une sorte de faune est passé.

 

 

 

 

 

Les fruits trop mûrs, les arbres creux *

Jour d'octobre, un automne présent et dernier. J'ai vu un cerisier peint par Seurat : une feuille verte, une feuille rouge, une feuille bistre, une feuille mousse, une feuille grenat, une feuille jade, orange brûlée,  topaze, absinthe, maïs, céladon, carmin, malachite, fleur de soufre, orpin de Perse, alizarine, anis, citrouille, lichen, garance, impérial, cuivre, rouille, roux, rubis, paille, lie de vin, sang, ocre rouge, terre de Sienne, terre d'ombre... Puis un pommier peint par Egon Schiele, un vieux pommier décharné qui étendait au chaud soleil ses courtes branches devenues osseuses, il avait le même air désolé qu'à Vienne mais d'adorables pommes rouges et nombreuses l'égayaient. Les longues tiges brouillonnes des framboisiers portaient des oiseaux et quelques fruits séchés, image vue dans un livre d'enfant trop tôt fermé. Un potager redevenu sauvage, son arrosoir proprement renversé, les branchages tressés, sur tout cela la neige tombera et une pie pourra s'y poser. Parterre chamarré de feuilles d'or, les jardins de Klimt qu'il ignore. La maison des rêves d'enfant devenue un cloître inventé où dérouler d'Anselm Kiefer les fils dorés et ceux de fer, de feu ; ma vie saupoudrée de fleurs blanches et grises ; y méditer ce que je ne sais pas penser. Le tilleul pour les cendres du futur mort, la dentelle à ses poignets, le vin en cristal, sa nature morte. Et tout ce qu'il ignore, ce qu'il ignore... Le ciel était de vase bleue** dans lequel j'ai perdu mes chagrins.


* "C'est un parc où vont les bêtes et quelqu'un s'en souvient peut-être. Les fruits trop mûrs, les arbres creux, c'était le verger du bon Dieu" Manset, 1975
** Manset, 1976

 

27/09/2016

D'air

 

 

Trop heureux, le Temps se dissout
Sans laisser de trace –
C’est que l’Angoisse n’a pas de Plumes –
Ou est trop lourde pour voler
Emily Dickinson

Ainsi palpitent les oiseaux blessés
Avant de se laisser aller au linceul
de leurs ailes.
Armel Guerne, Sur la fin

Tout est dans le geste, et tout est dans cette phrase minuscule.
Le temps et la dévotion qui tantôt ne doit rien à l'innocence, tantôt lui doit tout. De la main à la plume à la chair, et un visage toujours, je connais cent et un visages de ceux qui se saisissent de l'animal juste mort (dans les plumes tièdes j'ai à mon tour voulu sentir battre un petit cœur encore), et qui, fut-ce lors d'un court instant, ne manquent jamais de désigner ce qu'il faut y voir aussi de la condition de leur être de chair ; d'une âme qui déchiffre partout les signes mortels d'elle-même, aux autres, vivantes par le désir.

La plume est le lit, ils le savent,
le duvet sur la peau, est la peau.

Les contours se précisent alors ou deviennent des songes.

Certains regards vous déplument de la même manière, sans vergogne mais avec un certain courage, qui est celui de leur passion, cependant que hors cela (et le génie du verbe par lequel un regard brûlant serait retourné chaste), c'est en ce domaine plus immense encore : du matin jusque dans leurs nuits le désir joue à cache-cache dans leurs gestes.

(Vous ne direz pas à mademoiselle votre fille à quelle nature morte j'ai pris des éclats de sa beauté, son œil encore ouvert au fond d'un fossé, toute cette littérature de plumes défaites, éventrée, à laquelle je m'efforçais sottement de trouver une pudeur rougeoyante au fond du fossé.)

02/05/2016

Avril 2016 (... mais de quelques poèmes)

chamane.jpg

 

 

 

Elle a le don de savoir
replier d’un seul geste
une fleur exquise en un galet,
contenir le feu sous blancheur de lait,
aspirer les torrents,
prier comme on respire.
Elle a le charme magnétique d’une pierre
ardente d’être empaumée.  IS

 

 

Rini Ferhi, Chamane (fusain, marouflé sur toile  89 x 116 cm)

 

 

 

 

 

 

charlotte corday.jpg

 

 

 

 

Les courbes lentes des fruits mûris dans l’attente,
ignorent encore un peu la chute dans le temps ;
du sang de l’être à venir, les douleurs fleuries.

Aujourd’hui je suis
giroflée des murailles rougies.  IS

 

 

 

Rini Ferhi, Charlotte Corday (fusain, marouflé sur toile  89 x 116 cm)

 

 

 

 

 

 

 

hommage à mike kelley.jpg

 

 

 

 

 

Elle avait les traits renaissants d’une reine dans un instant d’abandon
et dans son corsage dégrafé, une gravité de pollen.
Elle a posé devant moi le temple de ses hanches souveraines. IS

 

 

 

Rini Ferhi, Hommage à Mike Kelley (fusain, marouflé sur toile  76 x 102 cm)

 

 

 

 

 

 

inner strengh.jpg

 

 

 

Olympe, son promontoire de marbre,
d’où la déesse aux bras noueux
observe le silence de ses terres
intérieures tandis que les tempêtes
bousculent le globe terraqué.
Alors on aimerait qu’elle se lève
pour établir un monde.  IS

 

 

 

Rini Ferhi, Inner Strength (fusain, marouflé sur toile 85 x 120 cm)

 

 

 

 

 

 

l'épure.jpg

- Vous m’évoquez…
- Vous disiez ?...
- … un souvenir…

 

 

 

Décembre, l’hiver couronné…
Un châle bordé de cristaux,
la gifle d’un éventail…
Puis la caresse sous un kimono
blanc et frais, comme une armure.

Le charbon rajouté au feu dans une chambre,
une nuit, à Kyoto.  IS

 

 

Rini Ferhi, L'épure (fusain, marouflé sur toile  75 x 106 cm)

 

 

 

 

 

 

mathilde est revenue.jpg

 

 

 

 

J’ai parfois rêvé la beauté du Nombre d’Or,
son brûlant secret d’écritures muettes pris
dans des forteresses de pierre, de papier.
Puis elle est venue.
Elle a posé sans calcul le temps d’une pyramide.  IS

 

 

 

Rini Ferhi, Mathilde est revenue (fusain, marouflé sur toile 80 x 110 cm)

 

 

 

 

 

 

par magie.jpg

 

 

 

C’est une tige d’osier fleurie
d’un nid dans une chevelure
où un brin de pinson dirait :
« Mon habit est de candeur
et je franchirai les abîmes
sur un souffle. Qui suis-je ? »  IS

 

 

 

 

Rini Ferhi, Par magie (fusain, marouflé sur toile  74 x 106 cm)

 

 

 

 

 

 

 

unbelievable.jpg

 

 

 

 

 

 

L’indécente chose trop vue est chassée par
la chair succulente d’une pomme noire à la nuit,
l’innocente matière d’une hématite effeuillée,
la nature posée là de toute éternité.  IS

 

 

 Rini Ferhi, Unbelievable (fusain, marouflé sur toile 73 x 100 cm)

 

 

 

31/08/2015

Août 2015

On dit que chaque marché présente un visage particulier, mais cela ne tient qu’à un certain nombre de choses issues des tous proches environs géographiques, et un accent. Tous les marchés sont les mêmes sinon. Enlevez les touristes (mais si, enlevez les touristes, qui ne valent que pour l’anecdote qui s’en ira rapporter au loin le goût meilleur de l’été en laissant sur place s’éteindre l’émoi annuel des jeunes épaules mûries au soleil), restent les gens du coin. Hier encore j’ai vu, affalée sur un pliant jaune une femme au sarrau noir sur tablier complet, des traits las en partie démentis par un regard aigu, une moustache féminine démonstrative et contredite par le chignon impeccable. À vendre : des volailles. Problème : cette femme doit avoir 70 ans environ, soit à peu près l’âge de la vieille dame qui me tenait jadis la main à cet endroit précis devant elle, déjà. La marchande de volaille a traversé le temps des marchés. Mais cela encore d’une certaine manière est anecdotique, comme le serait la tenue scrupuleuse des détails météos ; à la St Louis une tendance orageuse cinquantenaire ou un froid nouveau font parler également. Peu importe la météo. Du moment que tout le monde en parle. Leurs silhouettes plutôt que leurs figures, leur flot toujours le même qui parcourt avec aisance une topographie hebdomadaire posée sur une topographie fixe, où une absence y devient une béance, où l’instinct grégaire n’a pas plus d’importance que le flair et l’honnête commerce. Flots, courants parallèles, obstacles, tunnels où l'on disparaît à la vue... font les silhouettes sur le marché. Additions de volontés, d’influences, d’hameçons et parfois de ces sortes de corps-morts. Leurs figures plutôt que leurs silhouettes, étude filée des regards, je les aime, évidents, étonnants ou d’être si peu ou mal cachés. Un matin de marché c’est une lumière monotone, mais dont on n’a jamais assez pour la qualifier (un marché c’est des matins monotones mais dont je n’ai jamais assez pour qualifier la lumière). C’est une perpétuelle aurore du monde dont les glaneurs ou les clochards des plus grosses villes sont toujours l’avant-dernière page du chapitre (à la dernière on fait place nette pour le théâtre d’après-midi). Où les constantes lourdes affleurent sous le poids monstrueux des détails. Le corps social se promène partout nu un jour de marché et je crois qu’il ne le sait même pas.
 
 
É

Du temps que j'étais petite fille, trois pommes et deux souvenirs (les yeux à peine à la hauteur de la table), ou bien plus grande et plus pensive, existaient ce genre de demeures qui sont des châteaux dans le vocabulaire, pour peu qu'on ne revoit pas le même un peu plus loin au cours d'une promenade de deux heures. Ils se confondent tous dans mon esprit, surtout leur grand parc aux arbres centenaires qui s'étirait jusqu'à la forêt en une progression naturellement dense de la végétation mais où j'apprendrai à reconnaître, dans le même temps que d'autres s'ingéniaient à nous séparer, que des esprits éclairés avaient su laisser faire afin que cette progression existât qui illustrait secrètement le seul ordre important du monde : tous les états de la beauté (jusqu'à la dangereuse combe que dissimulaient les fougères et les sables mouvants à l'extrémité entre le canal et la route quand il n'y a plus qu'un petit bois obscurci de grimpantes parasites qui s'y répandaient en froissements de rideau velouté et plein d'une humidité vénéneuse). On dit que des temps sont révolus lorsque le portail immense voit passer notre modeste multitude pour aller au château par l'allée principale, mais cela c'est la nostalgie d'un ordre supérieurement séparé qui s'est cru éternel. L'été commence.
Le temps d'avant les interdictions sanitaires de toutes sortes aussi bien qu'un abandon qui ne dit jamais son nom.
Sur le mur le lézard ; cousin : caillou, empêché de joliesse menue par quelque récit horrifique, dragon réduit qu'une curiosité fantasque aurait pu réveiller, alors la caresse au lézard n'exista jamais. Sur le mur une petite créature allongée est enseignée de la beauté du monde par les nuages polymorphes. Conversation avec les nuages, bestiaire, lenteur, rien n'est incompréhensible seulement d'un sens différé. Le bleu céruléen et les rayons divins allaient et venaient des lectures. De plongeon en lecture, aller la tête la première dans les vagues de lumière et les vrais contes bleus.
Les innombrables ombellifères – répandues en nuées blanches au bord des chemins, et les rosiers arborescents dans tous les jardins et les haies, tous saupoudrent alors naturellement le monde d'une beauté tendre qui peut être contenue en un seul bouquet minuscule aperçu lors des jours qui sont comme des dimanches. Le voile rosé des cardères sauvages, le même que le byssus posé sur la table près du chapeau. Les murs d'églantiers ont des fruits d'étoile rouge semblables au tapis rouge des fraises des bois, semblables aussi aux abeilles de velours grenat d'un rideau de porte et au semis de lys cramoisis au revers d'un fauteuil (et un doigt de cassis). Naturellement tout se retrouve, se répond. Toute disparition saisonnière, consolée.
Les parlers symphoniques au-dessus de moi. Certains racontent avec un soin semblable aux mourants, d'autres sont volubiles et colorent leurs phrases de grands gestes. Observer mais ne rien dire, c'est encore raconter dans un regard car c'est savoir ; la qualité pétrifiante d'une photographie dans cette conversation.
L'ennui n'était pas un état qui serait né d'un océan de vide plus grand, il n'existait que des moments volés à la chasse à l'oisiveté (goût de la contrebande dans ma propre vie). J'ai beau savoir l'alentour verdoyant, cet absolu terrestre qu'est la campagne lorsqu'on en est comme moi la petite fille émanée et aimante, les yeux fermés j'ai toujours l'impression d'être au bord de la mer (je ne sais pas s'il leur restera assez de temps et d'esprit pour avoir le goût des yeux fermés au soleil du petit matin qui passe dans l'échancrure des arbres, entre un chêne et un érable champêtre et ainsi voir la mer).
Ce n'est pas tellement mon enfance qui m'importe mais l'identification du contour des empreintes, le comptage minutieux qui fait toujours loi aussi bien que le détail du mode opératoire ; ou à l'opposé, la saillie unique d'une émotion si violente que tout est blanc temporel autour. La piste du sacré.
 
 
 
 
Larcin (augmenté) 
À la petite école les grandes rondes, immenses cercles qui réunissaient tous les enfants le vendredi après-midi. Le désir au milieu du nombre était aigu au point de pouvoir sentir le souffle du mouchoir se poser dans le dos. Les rondes ne sont plus celles d'antan, on se sent parfois le souffle d'un taureau furieux. Ou celui d'une déesse.
 
Tourner en rond, mais à la façon des rondes d'enfant, quand la ronde n'existait plus vraiment qu'en tant que forme autour de laquelle on suivait une autre forme : une silhouette qui nous devançait, nous échappait ; elle était à égale distance ou il nous rattrapait. Je me souviens du goût de cette joie où les germes du désir et du plaisir n'avaient aucun nom mais la pureté de toute matière extraite des carrières de l'Eden jusqu’à aujourd’hui dans l’âme, un palais, et dedans et autour.
 
À marée basse des chants d’herbe souple
À marée haute des torrents de lave suave 
à dissoudre les plus hauts phares.
À rompre la nuit.
 
 
 
 
Biais de couleur
(…) À côté des bitumes, des terres de Judée et de Cassel, des 
ombres brûlées et des verts de Scheele, des bruns Van Dyck 
et des bronzes florentins, des teintes de rouille et de 
feuille morte, resplendissent, de tout leur éclat, les ors
verdis, les ambres jaunes, les orpins, les ocres de rhu, 
les chromes, les oranges de mars ! (…)
Joris-Karl Huysmans, Le hareng-saur
 
 

20150820_165554.jpg

 
 
 
Réversibilité 
“Il y a des femmes* qui inspirent l’envie de les vaincre et de jouir d’elles** ; mais celle-ci*** donne le désir de mourir lentement sous son regard.”
Charles Baudelaire, Le désir de peindre in Le Spleen de Paris (petits poèmes en prose)
 
* hommes  **d’eux  ***celui-ci
 
 
 
Attente 
Pendant que je la surveillais, elle murmurait :
 
 
la ruche
le chanvre
le vent cramoisi
l'aconit en poudre
les parquets verts
les ocelles turquoises
la pucelle noyée en couleuvre
les crocus acides sous la langue...
 
Puis je l'ai arrêtée, j'ai arrêté juste à temps l’eau dans l'arrosoir.
 
 
 
 
 
Chagrin
Presque rien (un orgueil)
l'impression de revoir un mirage 
dans un clignement des yeux 
(une joie folle)
ou d'avoir brièvement goûté à l'ozone 
après la foudre 
(un diamant au front).
 
 
 
 
 
 
 20150622_160729.jpg
 (photo : IS)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Paysages 
 
Tôt ce matin dans l’escalier du premier elle avait jeté un coup d’œil au grand miroir entre les deux chambres, celui où elle n’aime jamais ses pieds. Au deuxième étage, second miroir, regard à ses cheveux dans la lumière qui tombe du vasistas et la couvre de très longues et épaisses vagues de moire brune. Dos tourné à ce miroir en grimpant l’escalier, son pas avait emporté le reflet d’une silhouette d’un autre âge : robes et châles de laine accumulés parce qu’il fait à peu près quatre degrés là-haut, et les pieds nus pourtant. Ainsi vêtue de blanc et emmitouflée dans sa propre chevelure, elle était une femme à demi faite d’un cygne.
 
Elle se voyait entortillée dans des draps collants, 
papillon mort-né dans un suaire ou bien 
enduite de poix et un jour d’inattention, 
à la moindre étincelle, 
elle se serait consumée en un clin d’œil.
 
Parfois l'envie, comme une folie furieuse, d'un regard, 
d'autres fois le contraire exact : 
surtout personne pour me voir.
 
Une femme 
n'est pas changeante ou instable 
plus que quiconque, 
ce sont les chemins de l'âme 
qui mènent à des paysages 
différents, c'est tout.
 
 
 
 
 
 
L'oubliée 
 
Toujours, un sentiment me submerge à la vue des buissons de fleurs : 
le désir de toutes les regarder les unes après les autres, 
toutes les prendre dans le creux de ma main 
pour goûter la beauté de chacune, 
le détail différent, ce qui la fait être différemment belle, 
et n'en oublier aucune.
Parce que l'oubliée pourrait périr dans l'instant ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20150721_140910.jpg
(photo : IS)