Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2016

Silhouettes II

Je fus enfant
 
Je fus enfant né dans l’Empire et dans l’ombre
d’une femme heureuse, nichée dans ses étoffes
vertes, soies indiennes, tussores à grain vivant,
tissées aux racines du vent disait-elle,
fourrées de fleurs, d’oranger, d’oiseaux
et d’autres pailles dorées attrapées en chemin.
 
Mais dans vos étoffes violettes froissées de
vert sombre ma savante Princesse Néroli,
la nuit, savante Princesse, moi,
la nuit, je vous rêvais nue.
 
 
 
 
 
 
 
D'Aubusson l'esprit
 
Mille griffures et traits d'eau font tiges —
— tiges de braise verte depuis mille ans.
 
Mille ans abreuvés d’écritures noires 
font tapis de mémoire, lancé et piqué
de blancs pétales de quartz  — de filons colorés.
Et des abeilles de velours, et des lys cramoisis 
en un long semis de fleurs nouées,
où d’Aubusson fleurit,
l’esprit ré-enchanté.
 
 
 
 
 
 
 
 
Verdure
 
L'herbe du chemin s'essore sous mes pas, 
je sens une fraîcheur de laitue monter à mes chevilles.
Mais c’est aux orties que je vais offrir 
le dessus de mon pied tout blanc, 
à leur faux-air de menthe fraîche et
déshéritée, qui tendent les bras 
pour s'offrir en bouquet sadique, 
afin qu’à leur première piqûre,
dardée nouvellement,
je puisse refaire ainsi une petite provision, 
une petite provision de méfiance ronde 
pour me prémunir de moi-même 
parmi les autres.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
À la Saint-Jean

À la Saint-Jean dans une toute petite vallée
— quoique de murs épais et cent vergers,
à l’heure damasquin et pierrerie
d’un long soleil de forge ou d’astronomie,
une nouvelle Pomone a été choisie
(il faut lire Reine des vergers.)

Pomone,
pour nous, avant le soir
sa fête, et votre robe vermeille
glissant parfaite ondine dans les jardins charnus
jusqu’au brasier de ronces de l’année,
et avant de tendre la main pour nous
à la beauté du premier fruit, vous souviendrez-vous ?

Du long harassement d’une année.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le jasmin du boucher
 
Ce boucher avait de l’adresse
qui frottait ses mains grasses dans le jasmin
noué en gros berceaux à ses fenêtres. 
Il oignait ses tempes, en massait son ventre.
Les pétales collaient à sa peau sous sa chemise,
le froissement blanc s’accordait au drap
(le Dieu Pan n’aurait peut-être pas mieux fait.)
Il avait son cœur au bout de la hampe,
criait de joie en foulant les fruits.
Aussi pressées de caresses fleuries, 
on courait au musc.
L’alcôve suintait un épais parfum de lait.
Le bel été.
 
 
 
 
 
 
 
Un homme marche

Un homme marche dans une forêt d’eucalyptus.
Juillet distille un air brûlant et une ombre de cire,
bleue pâle. Le ciel est comme un grand pot
de calcédoine renversé. Les troncs pèlent
en feuillards de cuivre, en vélins desséchés.
La forêt est en bel ordre tombant,
poudré de mica bleu, un grand désordre
liquoreux au fond d’un verre.

Toujours ce goût, le parfum d’une femme
trempée près d’un grand feu ;
et l’homme touche à l’extase,
l’extase de juillet.

 
 
 
 
 
 
 
Μήδεια

Je me souviens quand Médée vidait de son sang
le père de Jason, lui reversant un sang neuf.
Le clapot parfumé battait à nos oreilles,
perforait notre narine, convulsait notre cœur :
la mystérieuse promesse nous liant à la terre
hurlait de puissance et s’égouttait en douceur.
Nous savions, alors, lécher le parfum des pierres.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mardi

Dans les faubourgs de sa ville en feu, un homme
attend, on est mardi, il est presque midi ;
en dix-huit mois de guerre, on est mardi,
le mot est dépourvu de sens, mais beau temps.
L’angle ouest de sa maison a été emporté,
Dresde et Beyrouth immortelles fument
dans les faubourgs de sa ville en feu.

Mardi, il range sa bibliothèque. Non sans sourire
il inverse l’ordre de la semaine passée.
Du côté du mur déchiqueté, il place :
Manière de fortifier selon la méthode de monsieur Vauban
Images de New-York (seize dessins par Corneille)
Un fac-similé des Voyages de C.P. Thunberg au Japon (la partie Histoire Naturelle revue par Lamarck, professeur d’Entomologie et d’Helminthologie)
Discours de la méthode
Le Neveu de Rameau de Diderot
Deux tomes des Cahiers de topologie et géométrie différentielle


Plus tard (contemplant Dresde et Beyrouth immobiles),
la folie guette un instant d’inattention,
un déséquilibre de tout ordre précaire
pour enfoncer un autre clou :
l’agréable petite morsure du vide qui ouvre à tout.

Hier – était-ce lundi ? pour accéder aux vergers
par la voie la plus sûre, il marchait sur des crânes.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
Chronique des jours-échelle