Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2018

.

Quand ma tête, Arlequine, surcotée de savoirs
décousus, clopin clopant d’une idée l’autre
parfois horriblement viciée jusqu’aux yeux
ainsi rattachée au monde qu’il me faut respirer
sans plus de boussole que le goût de savoir
tout à coup s’étouffe d’une nouvelle pièce
qui ne trouve pas sa place, dans ma tête
il suffit d’une odeur première, l’entaille vive
d’une odeur perforée dans le dos de l’esprit
qui ramène à ses points cardinaux, l’exilée :
toute nue dans le foin sec je suis née pour aimer.

 
Chronique des jours-échelle